mardi 20 avril 2021

 

 

Poules et Jardin numéro 27
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin

 Éclosion de printemps 2021
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et au Canada

le 24 avril 2021

Revoilà la belle saison ! Hélas, comme l'an passé, elle s'annonce un peu compliquée entre couvre-feu et déconfinement sur fond de pandémie qui n'en finit pas. Nul doute que, ce printemps encore, cela va être la ruée sur les poules tant ces animaux séduisent de plus en plus de particuliers. À ce propos, après les pays anglo-saxons, il semble bien que l'adoption – ou plutôt l'achat – de poules de réforme issues d'élevages professionnels soit en train de passer dans les mœurs des amateurs de gallinacés en France. Vous le lirez dans l'enquête que nous publions dans ce numéro, si l'idée est tentante de sauver une ou deux poules de l'abattoir, des petits malins jouant sur l'empathie pour ces animaux en font un juteux business et vendent parfois une poule de réforme aussi cher qu'une poule hybride prête à pondre. Pour tous ceux qui rêvent de voir leurs poules gambader au jardin en liberté ou presque, nous consacrons aussi un dossier aux races les plus faciles à vivre, autrement dit de belles cocottes qui ne ravagent pas méticuleusement les massifs, ni ne s'envolent chez les voisins. Et comme nous arrivons dans la haute saison de la ponte, nous vous donnons aussi tous les trucs qui feront que les pondeuses ne boudent pas leur pondoir. Un jardin, des poules, des œufs... Assurément, ce printemps 2021 restera joyeux en compagnie de ces animaux aussi attachants qu’amusants dans nos petites basses-cours.

  Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef



au sommaire du numéro 27 :




 

Poules et Jardin numéro 26
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin

 Éclosion d'hiver 2020/21
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et au Canada

le 12 décembre 2020


 

S’il est une année où avoir des poules au jardin est apparu comme une évidence à nombre d’entre-nous, ce fut bien en 2020. Entre confinement, déconfinement, reconfinement et couvre-feu, leur présence au quotidien nous a rendu cette période de pandémie moins accablante et inquiétante. Et pas seulement parce qu’elles nous ont procuré leurs précieux œufs qui avaient disparu des commerces quelques semaines au printemps dernier. Non, décidément, tous ceux qui ont eu la chance de vivre l’année 2020 en leur compagnie savent aujourd’hui que les poules sont de formidables, de drôles et de joyeuses "camarades de jardin" qu’on ne se lasse pas d’observer et de soigner. Nul doute qu’avec cette nouvelle année qui débute, nom-breux seront celles et ceux à se lancer à leur tour dans les semaines et les mois à venir dans l’aventure d’une basse-cour familiale. Reste que pour qu’elle soit réussie, il appartient aux propriétaires et futurs propriétaires de poules de tout mettre en œuvre pour assurer le confort et le bien-être des résidentes d’un poulailler. Vous le lirez dans ce numéro, entre le choix du modèle et les aménagements à réaliser, les précautions à prendre pour leur épargner maladies et parasites et les connaissances élémentaires à connaître sur leur physiologie, leurs besoins et leur “psychologie”, l’arrivée de poules au jardin se prépare un minimum. Ensuite, elles nous le rendent au centuple, ne serait-ce que par leur présence joyeuse. Belle année à toutes et à tous en compagnie de vos belles emplumées !

 Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef



au sommaire du numéro 26 :



 

mardi 13 octobre 2020

 

Poules et Jardin numéro 25
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin

 Éclosion d'automne 2020
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et au Canada

le 3 octobre 2020
 




L’œuf bio du commerce, comme le signalait le quotidien Libération début septembre dernier, “serait-il sur une ponte glissante” ? Au-delà du jeu de mot, force est de constater que la plupart des consommateurs pensent que, dès lors qu’un œuf bénéficie du label bio, il a forcément été pondu par un poule gambadant  avec ses copines de poulailler, forcément à taille humaine, dans un décor champêtre idyllique. Hélas, face à une demande exponentielle (les ventes d’œufs bio ont connu un sursaut de + 20 % en juillet !), les méthodes des exploitations avicoles de l’agriculture biologique s’apparentent de plus en plus à celles de l’agriculture conventionnelle et de ses fermes usines. Ainsi, si la moitié des élevages produisant des œufs bio ont effectivement des poulaillers de moins de 300 poules, 5 % comptent plus de 12 000 pondeuses et concentrent 30 % du cheptel de pondeuses bio en
France. Et si la réglementation prévoit bien qu’un élevage de pondeuses bio ne doit pas contenir plus de 3 000 poules par bâtiment, rien n’empêche les producteurs d’en accoler deux, trois, quatre et plus encore pour constituer des fermes géantes de plusieurs dizaines de milliers d’animaux.
Heureusement, loin de cette course à la rentabilité et aux exploitations de plus en plus grandes, vous êtes de plus en plus nombreux à adopter quelques poules au jardin pour satisfaire vos besoins en œufs frais. Vous accompagner dans cette démarche pour que tout se passe au mieux avec ces attachantes caqueteuses est notre seule ambition au fil des numéros... Loin des logiques agricoles et au plus près de ce qui fait le bien-être des résidentes d’une basse-cour familiale.
Bel automne à toutes et à tous en compagnie de vos belles emplumées !
Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef
 Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef



au sommaire du numéro 25 :


 

jeudi 30 juillet 2020

Poules et Jardin numéro 24
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin

 Éclosion d'été 2020 !
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et au Canada

le 10 juillet 2020
 


Pendant le confinement, face à la pénurie d’œufs dans les magasins, nombreux sont ceux à s’être précipités pour acquérir leurs premières pondeuses et installer un poulailler dans leur  jardin. Et il est vrai que quelques poules suffisent à être autosuffisant en œufs frais toute l’année. Mais attention, ces animaux attachants que sont les poules ne sont ni des “machines à pondre” ni des peluches et encore moins des jouets pour amuser les enfants. Ce sont avant tout des oiseaux domestiques sensibles qui dépendent des attentions et des soins de leurs propriétaires pour de longues années.
Aussi, tous ceux qui se lancent dans l’aventure des poules au jardin ou qui projettent de le faire dans les semaines ou les mois à venir doivent garder à l’esprit qu’avoir un poulailler ou une petite basse-cour familiale est une responsabilité à assumer et que rien ne sert de prendre des poules si c’est pour leur offrir des conditions de vie plus déplorables que dans la plupart des élevages professionnels ou s’en débarrasser au bout de quelques mois au prétexte qu’elles ne pondent pas ou que vous avez prévu de partir en vacances.
Rassurez-vous, élever des poules est loin d’être une contrainte : les cotoyer au quotidien est une formidable et une émouvante expérience, bien au-delà des œufs frais dont elles nous gratifient, et il est fort à parier que vous serez, vous aussi, contaminé par le virus de la “poulomania”.
Bel été à toutes et à tous en compagnie de vos belles emplumées !
 Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef



au sommaire du numéro 24 :
 

dimanche 12 avril 2020

Poules et Jardin numéro 23
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin

 Éclosion du printemps 2020 !
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et au Canada

le 10 Mars 2020


Le retour des beaux jours est aussi celui des oeufs frais dans les pondoirs. Du moins en théorie. Car, que ce soit avec d’anciennes résidentes de la basse-cour comme avec de petites nouvelles pourtant achetées “prêtes à pondre”, le premier oeuf du printemps se fait parfois attendre fort longtemps. L’éleveur confronté au pondoir désespérément vide se demande souvent ce qu’il a bien pu faire ou ne pas faire pour se retrouver ainsi privé de ses oeufs frais ?
Vous le lirez dans ce numéro, nous vous donnons toute les clés afin de comprendre pourquoi une jeune pondeuse ne pond pas et la marche à suivre auprès du revendeur si tel est le cas avec l’une des poules achetées ce printemps.
Parce que le printemps inaugure aussi le grand retour des volailles au parcours comme au jardin, nous voulions vous faire profiter de nos retours d’expériences pour utiliser au mieux leur savoir-faire en matière de jardinage. On les présente souvent comme de véritables auxiliaires du jardinier, participant du désherbage et de la traque aux ravageurs des cultures. Là encore, vous comprendrez pourquoi ce n’est pas si simple et que nos chères poulettes ne sont pas forcément efficaces, suivant qu’on les lâche au jardin d’agrément, au potager, au verger ou dans les vignes. De la même façon, pour profiter de leurs talents de “jardinières auxiliaires”, tout est souvent question de timing, à savoir la bonne période pour effectuer le “lâcher de poules” dans les différentes parties composant un jardin.
Bel et joyeux printemps à toutes et à tous en compagnie de vos belles emplumées !

Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef



au sommaire du numéro 23 :
 
Poules et Jardin numéro 22
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin

 Éclosion d'automne 2019 !
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et au Canada

le 13 novembre 2019


La fin de l’automne et le début de l’hiver constituent souvent une période délicate pour les résidentes de la basse-cour et leurs propriétaires. Réduction de la durée du jour, météo capricieuse et humide, disparition des insectes dont elles se sont régalées tout l’été, mue de nombreuses volailles qui perdent une partie de leur plumage, performances de ponte en berne… Voilà autant de facteurs qui devraient inciter les amateurs de poules au jardin à se montrer particulièrement attentifs envers leurs protégées. Cela passe par une alimentation saine, équilibrée et nutritive, dont nous vous livrons tous les secrets dans ce numéro. Vous allez aussi y découvrir que les pâtées constituent le meilleur moyen de limiter le gâchis et que certaines astuces permettent de renforcer l’appétence de leur nourriture. Testez-les pour qu’elles ne boudent plus certains aliments.
Nous consacrons également un dossier complet au comportement à adopter au poulailler pour éviter de stresser ses résidentes, en sachant qu’une attitude ou un geste inapproprié, voire un simple vêtement peuvent terroriser les poules et semer la panique dans le troupeau. Autant les connaître pour réussir à tisser avec ces animaux si attachants un lien de confiance qui facilitera la conduite de votre petite basse-cour familiale.
Très belles fêtes de fin d’année à toutes et à tous en si bonne compagnie !

Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef



au sommaire du numéro 22 :
 

lundi 4 novembre 2019

Poules et Jardin numéro 21
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin

 Éclosion d'été 2019 !
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et au Canada

le 6 août 2019


Mine de rien,  les petites basses-cours installées au jardin font de la résistance.  Elles proposent généralement les meilleures conditions de vie possible à une bande de poules heureuses, loin de l’enfer que subissent la plupart de leurs congénères dans les élevages professionnels. D’ailleurs – et on ne peut que s’en inquiéter -, même les élevages avicoles en agriculture biologique sont en train de prendre le chemin des fermes usines. D’ici quelques années, il sera loin le temps où près de la moitié des producteurs d’œufs bios élevaient moins de 500 pondeuses. Désormais, la ruée vers l’or de la bio pousse au gigantisme. Et les agro-industriels optimisent sa réglementation comme d’autres font de l’optimisation fiscale...
Dernier exemple en date, c’est dans les Vosges, à Varmonzay, que la population comme les producteurs d’œufs en agriculture biologique s’émeuvent de l’inauguration prochaine d’un poulailler de 24 000 pondeuses bio ! D’ici la fin 2020, c’est au total une dizaine d’élevages de ce type qui devrait voir le jour en France. Autant dire qu’on sera très loin de l’image que se font les consommateurs des œufs produits en bio et qu’on flirtera dangereusement avec le pire de l’élevage industriel.
Fort heureusement, tous ceux qui ont la chance et le bonheur d’élever quelques poules au jardin continueront de se passer des œufs du commerce qui - mêmes bio ! - seront bientôt loin d’être au-dessus de tout soupçon.
Très belle fin d’été à toutes et à tous en si bonne compagnie !


Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef

au sommaire du numéro 21 :